lundi 14 mars 2016

Liberté de circulation (suite)


On l'a voulue, souhaitée, désirée, exigée, cette liberté de circulation en Europe. Pour le meilleur : l'amitié entre les peuples, c'est-à-dire entre des individus mâles et femelles, jeunes et vieux, citoyens de différents pays de l'Union.
Aussi pour le très discutable, ce que nous, nous n'avons pas voulu mais que, certainement, d'autres ont voulu : les entreprises, les financiers, les commerçants : la libre circulation des marchandises et des fonds.
Et puis le pire : la libre circulation des délinquants petits et grands, nationaux ou étrangers… et donc encore, pire que les simples délinquants, les terroristes, nationaux ou étrangers.
Avons-nous pêché par naïveté ou optimisme, inconscience. L'optimisme béat qui tue. Là je dois dire qui est ce on ou nous… Un peu tout le monde, en fait… le peuple… "les gens"… les normaux, les gentils, les gens raisonnablement de gauche. Évidemment, d'autres ont poussé à la roue : les politiques, les financiers, les entreprises, les commerçants déjà cités… et les mafias, les trafiquants de drogue, d'armes, de filles.
Alors on (nous les gentils) peut se dire qu'on s'est fait avoir, manipulés par un énorme complot. Mais on peut se dire aussi que ça vaut quand même le coup de courir le risque, de supporter les inconvénients pour le bonheur des avantages. C'est à peser, en étant bien conscient du risque.
On ouvre la fenêtre pour faire entrer le soleil et l'air, c'est bien, mais entrent aussi les guêpes ou les particules fines des diésel. Parce que, même à la campagne, il y a des camions et des tracteurs. Et donc les frontières ouvertes, c'est des camions et des camions.
Les téléphones portables, c'est un peu pareil : on les veut pour communiquer instantanément entre famille, amis, etc. Mais ils servent aussi aux voyous et aux terroristes. (Pour coordonner les actions terroristes du 13 novembre, pas besoin d'un staff d'opérateurs dirigés par un "cerveau", il suffit de quelques téléphones avec kit mains-libres histoire de pouvoir manier sa kalachnikov. Quant à ceux qui se font sauter, ils ne le font pas forcément d'eux-mêmes mais télécommandés par portable…)
Circulation, déplacements, homme moderne "nomade" (Voyage-voyaaage !), communications instantanées, c'est bien gentil, et c'est avec une certaine innocence que nous les apprécions, que nous les désirons… comme les réseaux sociaux (et puis un jour on pleure parce que quelque part des gens (ou des algorithmes) nous volent toutes nos données personnelles dans des buts inavouables de publicité ou de sécurité – ou d'insécurité).
Comme la langue d'Ésope, comme tous les moyens de communication, ils sont la meilleure et la pire des choses, vecteurs de l'amour comme du danger. La liberté, ou plutôt les possibilités obtenues, gagnées, nous les payons en possibilités obtenues à nos dépends par les pires éléments de la société.



1 commentaire:

W a dit…

"les normaux, les gentils, les gens raisonnablement de gauche"
La phrase la plus drôle de l'année !
Peut-on l'inverser sans danger ?
"Les normaux, les gentils, les gens raisonnablement de droite"
Même pour quelqu'un de droite, ça sonne bizarre, non ?
CQFD.