jeudi 18 octobre 2018

ALONE ON MOON / 37


(LES AVENTURES APOCRYPHES DE RUFUS TUCRU ET DE LOLA LOKIDOR)
C'est l'automne.
Lola la sorcière rouge se réveille. Ensuite, selon un processus complexe incluant vase de peau et ornières cérébrales, elle réveille son prisonnier Rufus Tucru. Elle emporte sa cage dans la forêt proche et l'ouvre. Il sort et se carapate dans le sous-bois. Elle rentre dans sa cabane de papier peint.
Lola (Lola aux lèvres d'arc-en-ciel, aux cheveux de coup de soleil) en est à son troisième petit déjeuner composé d'un jus de popaye, deux gratines de homard et une grande théière de thé balsamique russe, quand Rufus se pointe au retour de sa prolenade matinale dans la forêt proche à dos de cheval d'arçon. Il s'affale dans le fuiteuil de jardin toilé qui fait face à celui de Lola. Il est couvert d'enzyme, de sueur et de phéromones.
— Pfooo… trois quarts d'heure à rythme syncopé !
À la place d'une bouche, il arbore un sourire carnassier. (Pourquoi "carnassier" ? Les lèvres, c'est de la viande, mais ça ne se mange pas.) Il tend la langue. Il court deux lèvres à la fois.
Échevelue, Lola lui verse du thé dans le bol à damiers qui l'attend. Il jette son bonnet à rayures noires sur blanc sur le canapé, puis, dans la foulée, son T-shirt à rayures noires sur blanc et son short à rayures noires sur blanc (il ne portait pas de slip en dessous, le voici donc nu. D'ailleurs Lola elle-même est encore nue, à cette heure). Ses baskets volent d'elles-mêmes jusque dans l'étagère à baskets (un vieux frigo recyclé).  Il étale alors sur la nappe la poignée de lavande toute fraiche qu'il a cueillie en passant et dissimulé on ne sait comment sur lui (il a certains pouvoirs de mystère, faut croire). Lola apprécie sobrement : un regard approbateur, un sourire montrant ses quarante-six dents impeccables et sa jangue rause. Il dévore les viennoiseries qui l'attendaient en murpurant un air suppliant, boit son bol de tschaï et, bardant comme un cerf, s'agenouille cérémonieusement aux pieds du fuiteuil troublé de Lola.
Elle constate qu'au cours de sa prolenade, il s'est blessé la fesse droite. Elle constate aussi que les cellules de sa peau sont de forme scutoïde. Ses doigts canailles (à elle) dans ses lombaires (à lui), elle applique sur sa blessure (à lui) de la gaze au stryphnon. L'action styptique de ce produit sera constante et durable : c'est qu'il s'agissait seulement d'une hémorragie parenchymateuse. (Rufus Tucru a aussi un crayon styptique après rasage. Dommage qu'on ne puisse pas s'en servir pour écrire.)
Après, c'est l'heure de l'autruche, marteaux et tambourins sous l'aurore asiatique, envers et damnation. Les petits chanteurs à la gueule de bois immergent leurs voix de corail parmi les squales et les borogoves, traquent les pirates qui traversent à pied sec sous la protection de la baguette magique de Moïse
•••
Plus tard, Lola Lokidor conduira une décapotable anglaise rouge. Elle élèvera des alligators dans les marais de Camargue (réchauffement climatique aidant). Elle portera un masque de plâtre sur les Champs Élysées. Elle jouera du rock acoustique au cimetière Saint-Lazare. Elle marchera pieds nus sur un fil barbelé dans le cirque de Gavarnie. Elle avalera des milliers d'oiseaux pour donner de l'air à ses poumons. Elle boira des poisons et elle y survivra. Elle sortira nue en pleine ville, dans la foule et elle y survivra. Elle combattra les talibans à mains nues et elle y survivra. Elle se fera fileuse d'étoile, reine des sabbats, gouteuse de sang pour la congrégation vampire, princesse Aztek. Elle sera pianiste à quatre mains et playmate of the month. Aux commandes de son bombardier en pain d'épice, elle survolera la Terre de Feu. Au commandes de son taxi galactique jaune à damiers, elle côtoiera Miranda, Titan et Ganymède, Arcturus et tous les soleils du Bouvier.
Elle aura tous les choix.



mardi 9 octobre 2018

ALONE ON MOON / 36


(LES AVENTURES APOCRYPHES DE RUFUS TUCRU ET DE LOLA LOKIDOR)
Extinction des feux à 10 h.
Rufus Tucru dort – dans le sens longitudinal du terme. A-t-il un cerveau ? J'ai souvent l'impression d'un crane vide avec un papillon qui volète dedans.
Cauchemar. Il y a près de chez nous une basse terre nommée les bas de Hurledent où vivent des sorcières-reptiles. Elles habitent des tombeaux et même des sépulcres. Elles vivent dans l'ombre. Elle mangent l'obscurité qui sourd des pierres brulantes.  Elles boivent dessus le sang de boucs noirs. Quand le sang noir coule, les âmes des morts accourent de l'Érèbe. Elles conçoivent dans les étangs. La reptile-sorcière femelle combat son mâle pendant quarante nuits avant de lui céder. Elles enfantent en l'air. Je reste seul avec des oiseaux morts.
Il se réveille, il va pisser.
Là, il s'appelle Jeepers Creepers. Une Emmanuelle noire a fait monter sa fièvre. Il a chopé la gungunya d'azul, la maladie des larmes bleues. La tour de contrôle ne contrôle plus rien, les dunes du nord sont débordées, la mer danse avec le ciel amer, les digues ne tiendront pas.
Il se réveille, il va pisser.
Puis il court parmi les iguanes à la poursuite du diamant vert. Celui-ci court moins vite que Rufus, mais il est parti plus tôt. Et voilà que l'empereur du nord l'arrête dans son élan. Il se fait psychiatre financier à Wall Street – pas psychiatre ET financier, non, mais décrypteur de l'inconscient du monde de la finance, traders, fonds de pension, etc. Y a du boulot. (C'est ça ou les crocodiles.) Sa secrétaire se nomme Lola Lokidor. Elle est rousse.
Rufus Tucru, à son réveil, est confondu. En s'habillant trop vite, il met son pull de travers d'un quart de tour. Il se retrouve avec une manche vide qui pend par devant, une autre qui pend dans le dos, et les deux bras coincés contre les côtes. Sa zone de confusion le rétrécit. En plus, il a les nougats qui collent au plancher. < Au secours >, pense-t-il tout bas. Il sent sa bouche rugueuse.
Lola vient à son aide, le délivre de son pull, lui masse les gencives, les oreilles et les orteils à l'akiléine.
Puis il lui raconte ses rêves de la nuit. Les rêves de la nuit sont la mise-à-jour automatique du système.
— … À mon réveil, tu affichais un angéluRs sur ton visage. Je me suis demandé un moment ce que faisait ce R avant l's d'angélus, puis, bizarrement, je me suis rendormi (alors que j'avais déjà mis mes lunettes). On ne change pas d'avis au beau milieu d'un rêve, ou alors j'aurais dû faire psychiatre industriel. Beaucoup plus tard, je me demandais ce que ça pouvait bien vouloir dire "afficher un angélus sur son visage", avec ou sans R. Un air angélique, mais russe ?
(Rufus ne se rendait pas compte qu'il aurait peut-être eu besoin d'un petit coup de psychanalyse sémantique et orthographique.)
Rufus proteste : — J'en ai marre de cette voix off de l'auteur qui se permet d'intervenir à tout bout de champ. Il met ses commentaires entre parenthèses histoire de se protéger, ou en italique pour se faire remarquer discrètement, parfois les deux, mais au final, qu'est-ce qu'il se permet, ce con ?
— Je devrais m'exercer à chasser les sorcières, ajoute-t-il sans se demander si ça a quelque chose à voir. (Il est encore dans la confusion matutinale.)
— Il y en a beaucoup, dans ton coin ? s'enquiert Lola.
— Il y a un nid sous mon lit.
— Si ce n'est que ça, tu n'as qu'à scier les pieds de ton lit.
— Je l'ai fait, mais elles sont toujours là, toutes plates, en papier glacé… mais quand elles sortent de dessous, elles ne sont plus plates du tout, elles ont des trucs ronds sur la poitrine, elles n'ont pas d'habits…
— Ça s'appelle des photos cochonnes… Lui… Playboy…  c'est pas des sorcières.
— Mais… Elles m'ensorcèlent, elles m'envoutent… comment je peux m'en débarrasser ?
— Je vais te montrer.
Lola, affichant un R angélique mais russe, déboutonne son chemisier, puis dégrafe son soutif. Ses seins de grâce se dépoyyent aux yeux de Rufus.
Il sera à jamais prisonnier des sorcières.


dimanche 16 septembre 2018

ALONE ON MOON / 35


(LES AVENTURES APOCRYPHES DE RUFUS TUCRU ET DE LOLA LOKIDOR)
Lola moléculaire
Rufus Tucru adorait les femmes, au propre comme au figuré. Mais surtout Lola.
Lola, jusqu'ici, pratiquait l'assassinat récréatif, la charcuterie aléatoire, la discrimination furtive. Elle y réussissait plutôt bien. Mais ce jour-là, elle fit une tentative de cuisine moléculaire. Sachant que l'acte d'observation modifie l'objet de l'observation, il n'aurait pas dû la regarder faire. Le résultat fut consternant. Consterné, il s'est rassis dans son fauteuil comme un vieux bout de pain. Elle se mit à pleurer, son cerveau rempli de cloportes. Il la prit dans ses bras pour la consolider. Le chat est venu se pelotonner sur ses genoux. Elle l'a tricoté.
Plus tard, Rufus lui posa la question :
— Cette robe est géniale ! Et tu l'as tricotée toi-même… Mais comment as-tu fait pour l'enfiler ?
— Je ne l'ai pas enfilée, je me la suis tricotée directement sur moi.
— OK, je t'enverrai un accordeur de bretelles.

Procès
Rufus Tucru est sorti avec Lola Lokidor pendant six mois, il lui a payé restaurants, hôtels, robes, voyages sur la côte…
Ils ont vu du pays, des zones de guerre, des démolitions d'apocalypse, des cataclysmes flamboyants, des scènes de cultes sur le Pont-Neuf, des nuits couleur myrtille, ainsi qu'un petit diable à l'air constipé. Un serpent monétaire, monstre émeraude en maraude, leur ouvrit les portes de Babylone, cité des enfants perdus.
Puis elle l'a quitté.
Il lui fait un procès pour escroquerie. (Il avait gardé toutes les factures.)
•••
Lola, menacée d'un procès en chambre, pénétra dans le bureau du procureur avec une robe fendue jusqu'aux oreilles.
Elle fut acquittée pour outrage à magistrat. 

Philies
Atteint de zoophilie, Rufus Tucru y combina la pédophilie. Il aimait (charnellement) des animaux, certes, mais seulement les plus jeunes : poulets, agneaux, lapereaux, chatons… Plus tard, il y ajouta la nécrophilie : il n'aimait que les bébés lapins morts. Après ça, il envisagea de s'attaquer aux fantômes mais les lapins et autres étaient nés sans âme, selon l'édit du Vatican de 1493. Il abandonna ce projet et se convertit au Rosicrucisme (sans épines, sinon ça fait trop mal).
Il échappa de peu à l'haltérophilie, une maladie sexuelle qui pousse à baiser des haltères mais céda à la moissonneuse-batteusophilie. Il appelait la sienne Georgette. Il l'enculait en plein champ sans OGM.
Arrivé à 60 ans, il retourna sa caméra contre lui et filma sa propre mort.
Comme il se rendait à la morgue en stegway™, une femme dénuée de tout système pileux lui barra le passage avec ses huit seins surabondants. Il slaloma entre eux et passa outre.
D'après l'autopsie, il était évident que la mort avait été provoquée par n'importe quoi.

Les grenades ne s'en font pas
(Ce jour-là, Rufus Tucru et Lola Lokidor combattaient des talibans.)
Lola Lokidor croisa les bras sur sa poitrine, enfilant les mains dans son soutien-gorge, la droite dans le bonnet de gauche et vice-versa. Elle les en ressortit armées de deux grenades qu'elle s'empressa de balancer sur leurs assaillants, renvoyant express à leurs chères études coraniques une bonne douzaine de talibans.
Bizarrement, ceci fait, sa poitrine avait récupéré tout son volume précédent. « Mais combien de grenades a-t-elle encore en réserve là dedans ? » pensa bêtement Rufus Tucru.
Aucune, en fait, elle le lui prouva le soir même dans la chambre d'hôtel quand elle dégoupilla son soutif en deux temps trois mouvements et que ses nibards lui explosèrent la vue comme un seul homme. « La vraie beauté est intérieure », pensa-t-il bêtement. Ce qui restait, faisant volume, c'était du vrai, pas du siliconé.
« L'élasticité de la chair mammaire m'étonnera toujours », pensa-t-il pas si bêtement que ça.
— Soyez tranquille, lui avait dit le réceptionniste avec l'accent andalou, l'hôtel est sous vidéosurveillance.
— Pas les chambres, quand même ¿!
Surtout les chambres !


 paru dans Psikopat 241

dimanche 9 septembre 2018

LES HISTOIRES TRÈS COURTES, SUITE ET FIN


Ivre.
Comme il était ivre, plutôt que sa voiture, il prit le bus. Mais c'était la première fois qu'il en conduisait un.

Gustav.
Gustav, pigeon voyageur de la Royal Air Force Britannique, traversa la manche des côtes de Normandie jusqu'à Londres pour annoncer à Churchill la réussite du débarquement. Pour fêter ça, le Prime Minister le cuisina au champagne et le mangea avec des petits pois.

Pub.
Achetez notre gilet pare-balle "L'Invulnérable".
Paiement comptant exigé. Ni reprise ni échange.

Train (paru dans Psikopat 277)
Le train a été inventé par Thomas Jefferson Airplane qui, bourré de coke jusqu'aux yeux et voyant son fils Paul jouer avec son train électrique sur le tapis du salon, eut cette intuition géniale : si on faisait ça en plus grand ?! Avec des cabines spacieuses où on pourrait mettre des passagers, tout ça sur des "rails" de plusieurs kilomètres de long et propulsé par une machine à vapeur au charbon. Sitôt dit sitôt fait. Ensuite il jeta son fils Paul dans un étang avec une pierre au cou afin que personne ne sache que c'était lui qui lui avait inspiré cette invention. Il finit sur la chaise électrique qui avait été inventée entre temps.

Faits divers divers.
Un avion de tourisme s'écrase sur une colonie de vacances où se sont déclarés deux cas de grippe A. Tombé sur une colline boisée, il déclenche un incendie de forêt. Les gens fuyant le feu plongent dans les piscines, les lacs, les rivières, la mer et se noient en masse. Un bus se renverse dans la Vallée de la Mort. Une cellule de crise a été mise en place par le comité d'entreprise. Une mère de famille de 35 ans et de forte corpulence qui avait enlevé une jeune fille est éjectée d'un manège fou après la rupture d'un câble.

Naissance d'une vocation.
Quand Jax était petit, son père lui acheta un violon et lui fit donner des cours. Plus tard, quand son père constata que Jax abandonnait l'archet et s'amusait à pizzicatter, il lui offrit une guitare. Bien vu. Plus tard encore mais pas trop, le père constata que Jax (qui grandissait) tenait sa guitare debout, une main sur le manche à la hauteur de sa tête, l'autre sur la caisse à hauteur de son ventre Le père pensa que ce serait bien qu'il passe au violoncelle, puis, s'il continuait à grandir, à la contrebasse.
De nos jours, Jax mesure trois mètres cinquante. Il tient sa contrebasse à l'horizontale calée contre sa joue comme un violon et en joue à l'archet.
Son père en a eu marre. Il a laissé le soin de la suite aux générations futures.

La dernière cabine téléphonique avant la fin du monde (BIS).
Depuis qu'on lui avait supprimé son téléphone portable pour cause de micro ondes néfastes, Clafounette Devisu vivait dans une cabine téléphonique. Les passants lui jetaient des pièces.

Conte de crime
La Belle s'est piquée sur son fuseau horaire, elle en a oublié le temps, le bois de son lit s'est endormi, le château s'est figé. Autour du cercueil de verre rôdent les Bêtes (personnes non conscientes mais pourvues de sensibilité) et les Nains (personnes de petite taille). Au fil du temps ils se sont pétrifiés en ornements jardiniers de banlieue.
C'est curieux, ces fleurs qui ne sentent rien. Et ces chiens sans poils. Ces araignées sans toile.
Personne ne sait cela s'il ne l'a rêvé plusieurs fois.

Cambriolage
Le monte-en-l'air a été pris sur le faite du toit.

Épicène
J'ai bien connu Dominique Épicène, célèbre psychiatre mélomane dont, comme son nom l'indique, tout le monde ignorait le sexe. Du moins jusqu'à la révélation de sa nymphomanie.

Pois
Arithmomane, il comptait tout. Par exemple les petits pois dans son assiette avant de pouvoir les manger. Il est mort de faim devant une assiette de semoule.

Paru dans Psikopat 238

dimanche 2 septembre 2018

LES HISTOIRES TRÈS COURTES, SUITE ET FIN (Jusqu'à la prochaine)


Soirée mondaine à l'ambassade de Russie.
Monsieur Kalachnikov reçoit ses invités en compagnie de Monsieur Molotov, pour un cocktail. Les discours enflammés fusent au coin du bar.

Pendaison de peinture silencieuse
J'ai mis le tableau dans un cadre et je j'ai accroché au mur. Le cadre est resté accroché, le tableau est tombé. Je l'ai brulé : un tableau qui ne tient pas au mur ne mérite pas de vivre.

Jo
Jo le nain apprit la varappe : il était amoureux d'une girafe.

Cigare
Assis sur son balcon entre deux poules d'eau révolutionnaires dépoilées (un cadeau de l'évêque de Marmande), Emilio Zapatta alluma un cigare, tira trois bouffées et le jeta, à peine entamé, par dessus le bastingage. Il entendit un cri. Se penchant prudemment, il constata qu'il avait mis le feu au chapeau de Dolorès Quartefigue, la diva du rivage de midi.

Robots
Augustin Velu avait fabriqué un robot à son image. Il l'envoyait au bureau à sa place. Le robot exécutait parfaitement son travail et ses patrons n'y voyaient que du feu. Lui, il restait à la maison, à baiser avec sa femme Émilie.
Émilie Velu, née Bougraine, avait fabriqué un robot à son image. Elle le laissait à la maison et sortait faire du shoping.

Panne
Ma cigarette électronique a des fuites.
J'appelle un plombier-chauffagiste.
Il me transfère à un marin-pêcheur informaticien.
Qui appelle une dépanneuse, Georgette.

249
Apprenez à compter avec attention jusqu'à 249 avec la bombe à manivelle : au 250ème tour, elle explose.

ABC existentiel
A est spiritualiste. Il croit à des tas de trucs improbables : l'esprit, les esprits, la transcendance, Platon, Dieu, les anges, le paradis, l'enfer, l'amour, le péché… Il est super angoissé.
B est matérialiste. Il s'ennuie un peu mais il boit des coups en terrasse avec des amis.
C est nihiliste. Il est mort.

Chasseur de primes
Pendant tout l'été, les primes baguenaudent librement dans la nature, broutant le thym, le serpolet et le touriste belge, et faisant des petites primes à leurs femelles primettes.
Mais arrive la date fatidique de l'ouverture de la chasse et les chasseurs de primes aux longs manteaux se déploient dans la nature. (Musique d'Ennio Morricone.)

La triste histoire du kangourou kamikaze
Un jeune imbécile radicalisé en chambre noire chopa une femelle kangourou (l'histoire se passe en Australie) et lui bourra sa poche ventrale de TNT avant de la relâcher dans la foule qui se pressait à l'opéra de Sydney. Que croyez-vous qu'il arriva quand le kangourou explosa ?

Kangouroute
Quand, au zoo de Sydney, une kangouroute accoucha d'une machine à écrire (obsolète), le monde sut qu'il allait mal. Les feuilles des arbres pleuraient en tombant. Les caméras de la BBC filmaient des plafonds sans l'intervention d'aucun opérateur. Le thé avait gout de knaki et gelait dans l'œsophage. Les lampes de chevet attaquaient leurs maitres et les réveille-matins se plaignaient de l'heure trop précoce.

Sabot
Jérémie Courtebise avait perdu sa femme, piétinée par son cheval. Par testament, il héritait de celui-ci. Après un délai raisonnable, il l'épousa.
La police conclut au crime parfait.

Tsar
Le Tsar Nicolas II fut fusillé quelques mois après avoir abdiqué.
« C'était bien la peine… » furent ses dernières paroles.

 Paru dans Psikopat 229

mercredi 22 août 2018

Tojors des très cortes…

-->
Berthe
La reine Berthe doit son surnom de Berthe au Grand Pied au fait qu'elle avait un pied plus grand que l'autre.
Je connais une autre Berthe, de nos jours, elle, c'est le contraire. Alors on l'appelle Berthe au petit pied.

Chaises muettes
J'ai vu un homme assis entre deux chaises. Oh ! je ne lui reproche rien. Les chaises étaient manifestement, l'une comme l'autre, bancales, branlantes, potentiellement brinquebalantes, mal bricolées à grand renfort de clous, sparadrap, agrafes, colle, ficelle. Consentantes, sans doute, mais comment leur faire confiance ?

Coucher désolant
Longtemps je me suis couché de bonheur. Hé oui, comme d'autres sautent de joie ou s'effondrent de douleur, moi, chaque fois que j'étais heureux, je me couchais. Là-dessus, je dormais et je faisais les plus beaux rêves de tous les temps. Et puis je me réveillais, éveillé comme un chapeau, ayant tout oublié, les rêves comme le bonheur.

Fumée
Smoky Joe est mort au cours d'un championnat de fumeurs de pipe. Après six journées de fumée sans discontinuer, à la 367ème pipe, il est devenu tout gris, puis est tombé en cendres.

Implosion
Le kamikaze portait un gilet pare-balles par dessus sa ceinture explosive.

Puces
J'ai essayé de vendre mon chat aux puces, mais elles n'en ont pas voulu.

Surveillance
Je regarde par le trou de la serrure.
Je vois un œil.

Prison
J'ai volé la clé de la prison. On m'a arrêté pour vol. On m'a mis en prison. Mais je n'y suis pas resté  : j'avais la clé.

Familles
On a laissé le bébé dans la voiture en plein soleil. Il a explosé.

Familles 2
On a enterré grand-père. Puis, pour mettre toute la famille d'accord, on l'a déterré et on l'a fait incinérer. Comme la tombe était encore ouverte, on y a répandu ses cendres.

Épitaphe
Je suis descendu de l'hélico pour aller boire un café. L'ennui, c'est qu'il était en vol stationnaire à dix mètres du sol. Trois mois après, je sortis de l'hôpital et m'empressai d'aller boire un café au bistrot d'en face.
De l'autre côté du périph'.
(Épitaphe lue sur la tombe de Vincent Pourcent au cimetière Saint-Lazare, Montpellier-le-Vieux.)

Ciel
Une plage. Un parachutiste au sol, ses suspentes encore accrochées à son dos, traine derrière lui un morceau de ciel déchiré.


dimanche 5 août 2018

ENCORE DES TRÈS COURTES


La grotte sacrée
C'était le printemps. Le sol était aussi convivial que possible. L'herbe s'efforçait de sortir de terre et les arbres de s'embourgeonner.
J'étais à Lourdes, quand le miracle s'est produit. La Vierge est apparue dans sa grotte, un foudre à la main, tel Zeus. Elle a foudroyé l'assemblée de malades dans un grand charivari de béquilles, fauteuils roulants, pansements, cathéters, radiographies, élecroencéphalogrammes, pilules, suppositoires et superpositoires (ceux – pour dames – qu'on peut mettre dans deux trous à la fois), sirops et gélules. Et la France fut guérie.
Je restai seul debout au centre de la place carbonisée. Elle (la Vierge, je veux dire) descendit de son piédestal, marcha vers moi dans une attitude modeste, tête basse et genoux serrés sous sa longue robe d'ange. Arrivée face à moi, elle défit un bouton à son col et sa robe glissa à ses pieds. Dessous, elle était nue, mis à part de longs bas rouges  qui tenaient tout seul au milieu des cuisses sans l'aide de jarretelles (un miracle). La coiffe, tombée en même temps que la robe, révélait une chevelure ondulée d'une blondeur roux-doré à laquelle son buisson ardent (sa pilosité pubienne) n'avait rien à envier.
— C'est pas le moment de transpirer, me dit ma chemise, tandis que mon pantalon tenait des propos décousus. Si ça continue, on verra le tour de France.
Elle avait le diable au corps et la beauté du même. Moi, le démon de midi a réveillé les vieux miens (de démons). Sa peau brisait mes doigts. Je la pris au milieu des cendres. (Ou est-ce elle qui me prit en son antre de femme ? Disons que nous nous prîmes mutuellement, ou nous connûmes.) Pas plus vierge qu'une vigne, elle était.

L'étrangleur de Boston
Au début de sa carrière, il étranglait les femmes de la haute avec un de leurs bas de soie. La presse le qualifia de "Silk Stocking Murderer".
Plus tard, jetant son dévolu sur des midinettes, il se contenta de bas nylon. Il fut surnommé "Nylon Stangler".
Sur la fin de sa vie, en maison de retraite, il étrangla quelques unes de ses co-retraitées avec leurs bas de contention. Aucun succès médiatique : "Compression Stocking Killer", c'est nul !

Gourances en Éden
Dieu créa Adam, puis, un peu bourré après avoir fêté ça, au lieu de faire Êve, il fit Francis. Adam et Francis, un peu bourrés aussi, mangèrent non pas le fruit de la l'arbre de la connaissance mais celui de l'arbre de vie. Ils devinrent immortels, se marièrent et n'eurent pas un seul enfant. Ils furent donc heureux.
Et la Terre, donc !

Clous
Jésus traversait en dehors des clous. Il eut juste le temps d'entendre « Fonce, Pilate ! » et ce fut le choc.