lundi 3 février 2014

MORNIFLE POUR TOUS


Hé, les cathos ! en ces jours de commémoration de l'appel de l'Abbé Pierre, au lieu de vous occuper du cul des autres, vous pourriez peut-être plutôt vous occuper des sans logis, non ¿
(FB le 2 fév 14)
••••••••••••••••••••••••••••••
Suite
Il y a quand même quelque chose d'étrange dans ces protestations contre ces lois sociétales (je dirais même anthropologiques). Ce sont des lois d'autorisation, non d'interdictions ou d'obligation. Normalement, me semble-t-il, et qu'on soit libertaire ou libéral, on proteste contre les interdictions et les obligations, les lois dites "liberticides", surtout quand elles nous touchent directement. Or ces lois déjà promulguées ou en discussion (ou même susceptibles d'être mises en discussion d'ici quelques mois ou années, on peut remonter au divorce, à la contraception, à l'avortement, arriver au mariage pour tous, passer à l'adoption par couples homos, à la PMA, à la GPA, au suicide assisté…) ces lois, dis-je, n'enlèvent aucune liberté, n'interdisent rien, n'obligent à rien, sauf à admettre que d'autres les souhaitent, d'autres qui en ont besoin. (Je ne parle pas d'envies ou de caprices, je parle de besoins profonds.)
Ces lois n'obligent personne à se marier entre gens du même sexe pas plus qu'avec son cousin, n'obligent personne à faire des enfants pas plus qu'à avorter, à se suicider ou à débrancher son grand-père, pas plus à se marier qu'à divorcer, pas plus à s'emballer jusqu'aux yeux dans un sac noir qu'à devenir athée… Ces lois n'imposent aucune mutilation sociale ou physique (contrairement à certaines pratique religieuses).
Ces lois autorisent. Loin de désordonner la vie sociale, elles l'apaisent. Ces lois sont des lois de liberté, non de contrainte. On peut d'ailleurs trouver étrange qu'il y ait besoin de lois pour autoriser, tant on avait tendance à croire, en République laïque, que tout ce qui n'était pas interdit par la loi était autorisé "par défaut". Mais c'est sans doute qu'on est habitué à assimiler loi et interdit, et sans doute justement parce que c'est ainsi que, depuis des millénaires, fonctionnent les lois religieuses et traditionnelles. On revient de loin, faut croire.
Être moral, c'est s'occuper de sa propre moralité. Être moraliste, c'est s'occuper de la moralité des autres. Les protestations contre ces lois de liberté proviennent de gens que ça ne concerne pas personnellement, des moralistes, donc. Des gens qui ont une vision du monde, du bien et du mal, qui leur va… qui est gravée dans leurs traditions… mais qu'ils voudraient universelle. Des gens qui ne comprennent pas, ne supportent pas que d'autres (dont leurs proches, dont leurs enfants) puissent désirer fonctionner autrement – et que cela soit un enrichissement et non une perte. Dommage pour eux. 


5 commentaires:

iah-hel a dit…

ce qu'il y a d' amusant dans le slogan manif pour tous, ce sont ces deux mots "pour tous" ! Ils ont juste omis la signification de ces dits mots, en oubliant l’égalité et le droit à la différence " pour tous" !
Le slogan le plus juste serait : « Manif pour tous les étriqués d’esprit » qui n’ont qu’une ligne de pensée, faute de neurones pour en admettre plusieurs ! Ils en ont malheureusement tout de même assez pour braire et nous pourrir l'existence !
Iah-hel

Ryko Marty a dit…

Fort bien dit avec une grande clarté. Merci.

Lune a dit…

Merci d'exprimer si bien ma pensée.

gratia a dit…

Merci POUR CE COMMENTAIRE ô combien éclairé et intelligent. je vous apprécie pour vos dessin et maintenant encore plus pour votre avis. Je vais me faire un plaisir de lire le reste de votre blog.
JP Gratia

gratia a dit…

Désolé pour les fautes de frappe, je ne pensai pas qu'il soit aussi difficile de pianoter d'une seule main (l'autre étant immobilisée)
JP GRATIA