lundi 31 décembre 2018

IVRES DE BIZARRES


• Lola Lokidor était capable de dormir couchée sur l'eau d'un lac. On soupçonna un soutif gonflé à l'hélium. Elle enleva tout et reprit son somme. Son visage serein se berçait de ciel. Ses deux nénés émergeaient comme deux gâteaux crémeux ponctués de cerises sur le-, suivis longitudinalement de la légère rondeur de son ventre ponctué, lui, du nombril formant lac reflétant les étoiles (une seule étoile, en fait), et de ses cuisses d'albâtre rose. Plus loin, collier de perles roses, ses orteils tintinnabulaient. Les assistants applaudirent à voix basse, saisis par l'intense poésie de la scène.
On découvrit par la suite que le lac ne faisait que dix centimètres de profondeur, mais cela n'enleva rien à l'intense poésie de la scène.
Insubmersible, Lola Lokidor était aussi incombustible, mais c'est une autre histoire.
• Que voici : le 21 juin 1978, elle resta assise sur une cuisinière pendant quatorze minutes, à côté d'une marmite où cuisait un poulet.
Elle ne révéla jamais sa recette.
• Rufus Tucru, alors envoyé du ministère de l'extérieur, fit une tournée en AOF des années 50 pour s'informer des besoins alimentaires des populations. Il fut mangé par les cannibales (qui ne révélèrent jamais leur recette).
• Parciment Fluvial écrivit plus de 2764 lettres d'amour à Lola Lokidor en lui demandant de l'apouser. En vain : elle apousa le facteur (Rufus Tucru).
• Rufus Tucru s'était marié trois fois. Après le décès de ses deux premières femmes (Curcumène Totognon et Adénoïde Langouste), il les avait fait empailler et installer au pied de son lit. C'était son coté Barbe Bleue. Sa troisième (Lola Lokidor) appréciait peu. Elle exigea qu'elles fussent enterrées. Rufus finit par accepter mais il enseigna à deux perroquets les noms de ses épouses précédentes et les installa sur des perchoirs au pied de son lit. Lola appréciait peu. Lors d'une de ses crises de cuisine impromptue, elle les pluma et les servit sur canapé à Rufus. Il les reconnut à la coiffe de plume qu'elle portait ce soir-là. Quelques instants, il fut tenté de se vexer, mais comme cette affaire avait assez duré il choisit d'en rire – hu-hu.
• Rufus Tucru, un jour, tomba du quatrième étage sur un passant anonyme qui mourut sur le coup tandis que Rufus s'en tira. Les parents du passant tué s'adressèrent à la justice pour demander réparation. Le juge proposa que l'un des parents en question montât au même quatrième étage et se laissât tomber sur Rufus Tucru, responsable involontaire de l'accident. Personne ne se porta volontaire et l'affaire fut close.
• Dans le même ordre d'idée, Lola Lokidor sauta du troisième étage en apprenant que son mari (Rufus Tucru) l'avait trahie. Elle tomba précisément sur lui, qui rentrait sagement à la maison, et le tua.
 • Rufus Tucru, fatigué de vivre, décida de se noyer et d'entrainer avec lui son chien Prolégomène et son chat Catalyse qu'il aimait beaucoup. Il se les attacha aux bras et se jeta dans le Danubre. Mais le chien et le chat savaient nager, si bien qu'ils le ramenèrent au bord vaillamment. Rufus Tucru les détacha, les relâcha en leur souhaitant bon vent et retourna se noyer. Mais dans le Dnieupr, cette fois, c'est plus sûr.
• Rufus Tucru était sans doute le dernier homme sur Terre à porter des bretelles. Un jour, par distraction, il essaya d'enlever son pantalon avant d'avoir enlevé sa veste (cintrée). Il s'emmêla les pinceaux dans ses bretelles, renversa la bougie (c'était au temps du retour à la bougie, après la Grande Bistouille), s'enflamma et eut été mouru brulé vif si Lola Lokidor ne fût à cet instant sortue de la chambre, porteuse du seau hygiénique (c'était au temps de plus du tout à l'égout, après la Grande Bistouille) et ne l'arrosât copieusement de pisse.
• Lola Lokidor, la célèbre danseuse du Crazy Horse Saloon™, en tournée générale, devait toucher un chèque dans une banque d'une ville de province, mais avait oublié ses papiers d'identité. Elle sortit l'exemplaire du mois de Playboy™ où elle était Playmate of the month™, déplia le triptyque central sous les yeux du guichetier, se déshabilla et prit la pose. Le guichetier (Rufus Tucru) ne se fit pas prier d'avantage et elle put toucher son chèque – sous les applaudissements de la clientèle.
• À l'instar de la célèbre Cléopâtre, Lola Lokidor décrocha d'une de ses oreilles une perle de vingt-quatre carats, la fit dissoudre dans du jus de citron qu'elle offrit à boire à Rufus Tucru. En remerciement, il fit monter en boucle d'oreille son plus beau calcul biliaire. Elle le porta jusqu'à la prochaine.
• Quelques mois après son divorce, Rufus Tucru consulta une agence matrimoniale en ligne pour trouver une nouvelle épouse. L'ordinateur sélectionna le profil de Lola Lokidor, qui s'était inscrite au même site et que l'algorithme jugea "faite pour lui" et "lui pour elle". Résignés, ils se remarièrent.
••••••••••
J'aurais pu sous-titrer ces courtes "d'après une histoire vraie". De même que ces précédentes déjà postées ici :
Lola Lokidor voyage toujours avec un cercueil dans lequel elle range ses robes.
Rufus Tucru, du temps qu'il était très riche, se faisait faire des lavements au champagne.
J'ai attribué ces bizarreries à mes personnages fétiches mais je les avais empruntées à des personnages réels cités dans le Livre des bizarres de Guy Bechtel et J.C. Carrière (Robert Laffont, 1981), une mine d'or pour les scénaristes. Je m'étonne d'ailleurs que personne n'ait tiré un roman, un film ou une BD de la vie de Psalmanazar, par exemple (cf. une page très complète sur Wikipedia) ou de Mariano Melgarejo et de quelques autres dictateurs sud-américains, de Princesse Caraboo, de Miss Menken, ou de quelques centaines d'autres bizarres authentiques.


Aucun commentaire: