mercredi 4 février 2009

L'ÉTAU (d'intérêt ?)

LO N°277 (04/02/09)



2OO9, année de DARWIN et de la survie des plus aptes (il n'a pas dit des plus forts).
Ça va faire des morts, quand même.

BLEU
Aux alentours du Gro(end)land, on pêche des homards bleus. (Vraiment bleus !)

BLEU 2
On commémore les 50 ans de la Nouvelle Vague. Qu'en reste-t-il…? L'écume, sur la plage… Belmondo-Pierrot-le-fou, peint en bleu — et merde ! (Et BOUM !)

BLEU 3
Plan de rigueur chez Pfizer : le viagra ne se vend plus.

HAUT
Ascenseurs en panne depuis des mois à Grigny. La colère monte — par l'escalier.

BAS (et collants)
DIM délocalisé en Roumanie. PA-DA-PAPAPAPAAA… La fin d'une époque qui n'en finit pas de finir.

TRÈS BAS
L'argent jeté par les fenêtres.
Les banquiers jetés par les fenêtres.
Les gardés à vue jetés par les fenêtres.
Les Préfets de la Manche jetés par les fenêtres.
Les mal logés qui se jettent (d'eux mêmes ?) par les fenêtres. (Je ne parle pas des SDF qui, eux, n'ont même pas de fenêtres par quoi se jeter.)
100 000 SDF.

ALIEN
En Islande, pour lutter contre la faillite du pays, on nomme une première ministre femme et homosexuelle. C'est vraiment une autre planète, l'Islande.

DAVOS, c'est plus ce que c'était…
Le moral des "maîtres du monde" est dans les moonboots. (Belem, c'est plus sympa, quand même… Le climat ?)

ÇA EXPLIQUE TOUT
Merci à Serge Ernst qui a relevé que la tempête de la semaine dernière était nommée Klaus (en Europe, c'est la météo allemande qui nomme les tempêtes), et que Klaus… c'est Nicolas… Ça vous étonne ?

GODASSES
Le jet de godasse sur homme politique est-il en train de détrôner l'entartage ? C'est pratique, on en a toujours sur soi… et pas salissant.
Dans les jours et mois qui viennent, ça risque de pleuvoir, les motions de chaussure. Mais gare aux répliques : un jet de talonnette (ferrée) en retour, ça peut faire très mal — sans omettre le jet de bottes à clous, modèle CRS 68.
Ou bien les autorités obligeront les journalistes à se déchausser à l'entrée des salles d'audience ou de conférence. Comme à la mosquée, tiens… (Si ça se trouve, c'est pour ça qu'on s'y déchausse avant d'entrer, pour éviter que l'imam s'en prenne une dans la tronche.)

-----
MORIN EST BIEN VIVANT
Dans Siné-Hebdo N° 20, une double page de dialogue avec Edgar Morin.
Mes extraits :
« Quand un système se trouve à ce stade, soit il se désintègre, soit il est capable de se métamorphoser en un méta-système qui résout les problèmes. La première hypothèse est probable, la seconde non. »
« Plus nous serons conscients que nous nous dirigeons vers des catastrophes, plus nous serons en mesure de les éviter. »

(Sur les éducateurs :) « Le but est de les amener à enseigner ce qui ne l'est pas encore et qui est à mes yeux capital : ce que veut dire être humain, quels pièges recèle la connaissance, ce qu'implique notre phase planétaire, comment mieux nous comprendre les uns les autres, affronter les incertitudes… »
« Il est évident que voir la complexité peut conduire à la paralysie. Mais en ce qui me concerne, ça ne m'a pas gêné pour entrer dans la résistance ou prendre parti pendant la guerre d'Algérie. Il faut être conscient que toute action comporte un risque d'échec ou d'erreur. […] L'action comporte un pari, et il est nécessaire de bâtir une stratégie pour vérifier qu'elle ne dérive pas. Je pense donc que la pensée complexe aide l'action. »

Si je le comprends bien, on pourrait parler alors de pensée sur-complexe, ou méta-complexe. Au delà de la conscience (passive) de la complexité et du risque, quand cette conscience, à trop peser le pour et le contre, risque d'inhiber l'action, il y a à mettre en marche une conscience active : non plus analytique, mais capable d'élaborer un programme, une stratégie. Le choix de l'action, de l'engagement, sera forcément un pari, oui, avec sa part d'indécidable, d'imprévisible, le risque, toujours, de se tromper, mais ne sera pas un simple pile ou face. Le choix suppose de travailler à l'avance à évaluer et éviter les effets boomerang, les dérives, les effets pervers. Dans le domaine de l'expression (militante, la prise de parti), le choix suppose certainement, au delà de la liberté d'opinion et d'expression, une grande attention, une grande subtilité de l'expression.
« L'amour, l'amitié, la curiosité me servent de moteurs personnels, et ce qui m'importe est l'avenir du genre humain. »
« […] exercer une pression suffisante sur Israël pour lui faire accepter la solution que tout le monde connaît : l'évacuation des colonies en Cisjordanie, Jérusalem comme capitale de deux États indépendants, et la résolution humaine de la question des réfugiés. » (souligné par moi)
« Que le Hamas joue la politique du pire m'inquiète beaucoup. Il pense que la guerre doit se généraliser avec l'intervention du Hezbollah. C'est exactement le souhait des faucons israéliens qui brûlent de prendre leur revanche de 2006. »

Politique du pire des deux parties, donc, dont on peut imaginer les suites : interventions d'autres pays arabes, Iran, Syrie… contre Israël… Intervention américaine, etc. L'embrasement.

L'Armaggedon ?
Par ce mot biblique, on entend généralement LA grande bataille finale entre Juda-Israël et ses ennemis (tous ses voisins, en fait, "les Nations"). Et symboliquement le dernier affrontement entre le Bien et le Mal, entre le Ciel et l'Enfer… "la fin du monde"… Le mot apparaît dans le dernier livre du Nouveau Testament, l'Apocalypse (Révélation), écrit en grec par un certain Jean de Patmos vers 70 EC. Parmi d'autres moments furieux, dans le chapitre 16, des esprits démoniaques rassemblent les rois du monde entier pour la guerre « au lieu dit, en hébreu, Harmagedôn. » Suit un grand tremblement de terre qui détruit toutes les cités ennemies – Babylone, bien sûr, équivalent symbolique de Rome, alors.) Mais le nom Armageddon (aux orthographes variables) désigne précisément la ville de Megiddo (au nord d'Israël, à proximité de la Syrie.)
Les prophéties ne veulent rien dire (ne prévoient pas l'avenir, en tout cas), mais les peuples qui ont des prophéties "dans leur sang" se croient toujours obligés de les accomplir… Et si on me dit que l'Apocalypse de Jean est un livre chrétien et non juif, je conseillerai de lire les derniers livres de l'Ancien Testament, la Bible hébraïque, où, question apocalypses guerrières, ce n'est pas mal non plus, chez Isaïe, Jérémie, etc. Jean de Patmos était un gros plagiaire !

« Les Israéliens se perçoivent en fait comme les héritiers de toutes les persécutions subies par les Juifs dans le passé, et en particulier de la tentative de génocide de la seconde guerre mondiale. […] L'État hébreu s'isole de plus en plus de son contexte oriental. »
Parfaite concision de l'analyse de Morin – Juif lui-même, ajoute-je pour ceux qui y verraient de l'antijudaïsme de sa part, comme ça a déjà été le cas il y a quelques années, épisode qu'il qualifie de "bouffon".
« Le problème vient de ce qu'une grande partie des Juifs de France, représentés principalement par le Crif, vit dans un état d'hystérie de guerre où l'on diabolise non seulement l'ennemi, mais aussi toute désapprobation. Dans cette optique, toute critique d'Israël est une trahison ignoble si elle émane d'un Juif, et une abominable calomnie si c'est d'un Gentil. (Terme désignant les non-juifs, traduisant le terme hébreu goy – pluriel goyim.) Seule une paix durable restaurera le sens des réalités et mettra fin à cette intimidation permanente et à la peur d'être traité d'antisémite. »
Pire que d'intimidation, on peut même parler de terrorisme intellectuel, ou de terrorisme moral — ce qui ne m'empêche pas de maintenir que le cas de Dieudonné est indéfendable, en tout cas dans son sketch avec le négationniste Faurisson. Là encore, ce n'est pas une question de liberté d'opinion et d'expression, ni d'humour ou non. La provoc', ça ne peut exister qu'appuyée sur l'intelligence. Nier la réalité de la tentative de génocide de la seconde guerre mondiale, comme dit Morin, c'est d'abord et surtout stupide : c'est un peu comme nier la réalité de la révolution française de 1789, ou celle de la guerre de 14, ou de la crise de 29. Le négationnisme est indéfendable.

BENOIT SARKOSEIZE
Manquerait plus que le Dieudonné aille jouer en Suède et fasse applaudir sur scène un certain Richard Williamson, chevêche intégral de son état, excommunié il y a vingt ans, et persistant et signant dans le négationnisme le plus plat (je veux dire plat comme un encéphalogramme). Et pourtant réhabilité par Benet Seize, qui me fait de plus en plus penser à NS, dans le genre "je jette de l'huile sur le feu". De l'huile sainte, en l'occurrence, dite Saint Chrême par ceux qui aiment bien les majuscules.
B 16, donc, qui ne pouvait pas ignorer les propos de ce chevêche collatéral, ajoute une connerie (ou provocation) de plus à son palmarès, en réintégrant des intégristes désintégrés qui n'en avaient aucune envie, bien au chaud entre eux dans leur schisme, et qui, si ça se trouve, n'ont émis leurs stupidités négationnistes que dans l'espoir de faire reculer le papa dans sa volonté de les réhabiliter. Il l'a fait quand même. C'est encore plus grave.

Et dire qu'on a fait chier Siné pour sa petite phrase sur Jean Shark et des meilleurs !





COURRIER DES LECTEURS DE TLRM :
« J'aimerais vraiment qu'on arrête de dire l'"humoriste" Dieudonné. C'est faire injure à l'humour. »
Autre :
« Mgr R. Williamson […] nie l'existence des chambres à gaz, en revanche il croit à l'Immaculée Conception, aux Rois Mages et à l'Arche de Noé. »

+ Vient de paraître : Courrier International hors-série, titré "Juifs et Arabes – les haines, les conflits, les espoirs." (7,50 €)

2 commentaires:

Bruno Bellamy a dit…

Si mes souvenirs sont bons, ce qu'a dit Darwin, ce n'était pas à propos des plus "aptes", mais c'est que les espèces qui survivaient n'étaient ni les plus fortes ni les plus intelligentes, mais celles qui étaient les plus adaptatives (plus précisement, en V.O. "the most responsive to change").
Il est amusant de constater que ceux qui persistent à vouloir imposer leur volonté, parce qu'ils se croient à la fois les plus forts et les plus intelligents, essayent en fait d'empêcher à tout prix que les choses changent... ;)

Anonyme a dit…

après notre coup de fil, j'ai chercher et trouvé ton blog et je me régale potons mjo