samedi 28 février 2015

L'EXCEPTION ISLAMIQUE


L'islam n'est pas un problème, peut-être, mais l'islam A un problème.
Si Houellebecq a intitulé son dernier bouquin "Soumission" et si j'ai moi même donné ce titre à un post précédent, ce n'est pas par hasard ou par provocation, et on peut aussi se rappeler que c'était le titre du film qui a valu à Théo Van Gogh de se faire assssiner.. Le principe de soumission est d'origine – et c'est sans doute une des clés du problème.
# Islam. Wikipédia. Étymologie
Le mot "islam" est la translittération de l'arabe islâm, signifiant "résignation", "reddition", "soumission", "allégeance", sous-entendu "à Dieu". Le radical sémitique SLM désigne l'acte de se soumettre d'une manière volontaire, de faire allégeance.
Le mot "islam" avec une minuscule désigne la religion dont le prophète est Mahomet (Mohamed, Muhamad). Le terme d'"Islam" avec une majuscule désigne l'ensemble des peuples musulmans, la civilisation islamique dans son ensemble.
Le nom d'agent dérivé de cette racine est muslim "celui qui se soumet", à l'origine du mot français musulman.
L'adjectif "islamique" qualifie tout ce qui se rapporte à l'islam en tant que religion et en tant que civilisation.
La religion musulmane a été désignée autrefois en français par le mot islamisme (comme judaïsme, christianisme, bouddhisme, animisme, etc). Mais ce terme tend à être remplacé par le seul "islam", le mot "islamisme" s'étant spécialisé pour désigner les courants politiques, radicaux ou non, du revivalisme musulman. L'islamisme est une doctrine politique qui vise à l'expansion de l'islam.
On trouve aussi, particulièrement dans les anciens romans de chevalerie, les termes mahométisme et mahométan, qui sont tombés en désuétude depuis plus d'un siècle. Actuellement, leur usage, sans être insultant, prend le sens péjoratif de religion étrangère, inactuelle et surannée. #
•••
Évidemment, la soumission prolongée engendre une accumulation de rage et de désir d'émancipation et de vengeance. C'est le syndrome du mouton enragé. Le soumis musulman ne peut pas retourner sa rage contre l'islam, il se tourne donc vers l'Occident, censé être son persécuteur objectif. Mais il se suicide… ce qui laisse entendre qu'au fond, il est pris dans une contradiction mortelle, une autocontradiction : sa vraie rage, c'est contre l'islam, Allah, le Coran, la charia… donc contre lui-même.
•••
Peut-être relire La Boétie "Discours de la servitude volontaire". En version "français moderne" chez Mille.et.une.nuits, tout petit bouquin qu'on peut garder dans sa poche, ça peut toujours servir.
•••
Et se rappeler que : « L'esclavage est une très mauvaise préparation à l'exercice de la liberté. » (Anthony Trollope. The West Indies. 1860. Extrait du Dictionnaire de la bêtise, de Guy Bechtel et Jean-Claude Carrière. R. Laffont.)



(à suivre)

1 commentaire:

wens a dit…

Nouveau concept pour les dessinateurs désespérés :
le suicide à l'islam.
Assez excitant en réalité ça donnerait presque de nouveau goût à la vie.