mercredi 3 février 2016

Les tueurs

-->
Peut-être qu'ils préfèreraient se faire aimer, mais faute de mieux, ils se font craindre – caractéristique de tout dictateur. (Et puis c'est plus facile…) (Et puis en tant que musulmans "craignant Dieu", peut-être qu'ils ne savent pas penser autrement…)
Quelques aspects, disons… "techniques".
• Les terroristes suivraient des ordres "venus d'ailleurs" (Syrie, Daesh) ? Oui, il y en a, mais est-ce le plus important ? Quelque part, ça nous rassure, de le penser. Ça nous arrange, de penser que les ordres viennent d'ailleurs, directement, que les terroristes appartiennent à une cellule dormante, éveillée par télécommande à partir de la Syrie ou d'ailleurs, comme c'était avec Al-Qaïda, quand tout était censé provenir d'ordres de Ben Laden. Parce que c'est LOIN et parce que c'est AILLEURS, dans un autre pays, donc susceptible d'être un ennemi au sens classique, qui nous fait la guerre au sens classique et, pour ce, téléguide chez nous une "cinquième colonne". De plus, un pays ennemi lointain est bombardable, ça nous arrange. Alors que des Français nés en France et porteurs de la nationalité française, on ne peut pas faire n'importe quoi avec. On doit les traiter en droit commun, donc ne leur tirer dessus qu'en état de légitime défense, faire des sommations, arrêter, menotter, lire les droits, gardavue, procès, etc.… C'est plus compliqué, plus délicat. Même en "état d'urgence". Même s'ils viennent de Belgique, on ne peut pas bombarder Mollenbeek, a-t-on assez rigolé avec ça…?
Tant qu'on pense comme ça, on cherche l'ennemi ailleurs et on lui envoie des avions, des drones et des bombes. Et puis on rétablit les contrôles aux frontières… C'est sans doute inévitable, mais les "hors venus", ce n'est qu'un aspect. Le plus important, c'est que « ils sont parmi nous ». Comme on dit en Espagne « Cria cuervos, que te sacaron los ojos ! » : « Élève des corbeaux, ils t'arracheront les yeux ! » Cf. l'expression « J'ai réchauffé un serpent dans mon sein. » On (la France) les a élevés – mal, sans doute.
• Ils ont des complices ? Bien sûr. Ce sont des frères, des bandes de copains, des voisins. Aux Buttes Chaumont ou à Molenbeek, peu importe, en réalité : de nos jours, tout le monde est voisin (réseaux sociaux, téléphones portables…) Et puis "hybrides" ils sont : pas des purs terroristes idéologues ou soldats obéissants mais des gangsterroristes, passés par la délinquance, petite ou grande, par le crime, organisé ou non, et partageant avec celui-ci des réseaux, ceux du trafic d'armes en particulier.
Daesh, le Califat (le "prétendu ou autoproclamé État Islamique", nous serinent les médias) n'est pas que là-bas en Syrie. Daesh est partout. Ici, dans nos cités. Et je ne veux pas dire seulement "les cités" = de banlieue, je veux dire nos villes européennes, petites ou grandes, centres et périphéries, campagnes, même… nos lieux communs, les lieux de vie des citoyens.
• J'entends aussi : « Ils ont reçu une grande préparation… Ce sont des soldats professionnels, surentrainés… avec une logistique super organisée… » Foutaise. J'ai eu envie de dire, au vu de leurs ratages de ceintures explosives, "des pieds nickelés, oui !" Mais ce serait faire injure aux Pieds Nickelés qui n'ont jamais tué personne. Des cousins Dalton, aussi cons que Rantanplan ? Pareil : les Daltons sont aussi nuls mais plus sympas. Des fous, des barbares…? C'est encore faire injure aux fous et aux barbares. Question coordination, pas besoin d'un super "cerveau" ou d'un staff d'organisateurs, il suffit de deux ou trois téléphone portables.
• Cerveau ? Il y aurait un "cerveau" de l'attaque… le "cerveau présumé", disent les médias pour obéir à la loi et sa présomption d'innocence… "Présumé", c'est bien le mot. Y a-t-il du cerveau là-dedans ?
Mais que ces attentats (et nombre d'autres, ailleurs) sentent l'amateurisme suicidaire n'y change rien. Et que dans le même temps la coalition mène des frappes en Irak-Syrie n'y change rien non plus, c'est complémentaire. Et ça ne justifie rien.
L'attentat de San Bernardino viendrait plutôt confirmer. Un centre de soins aux handicapés, est-ce un enjeu idéologique (= politique / religieux) ? Apparemment, c'était la boite où le tueur travaillait, il en avait donc l'accès, c'était pratique… et peut-être quelques comptes personnels à régler. Mais si un endroit comme ça est "une cible", ça veut dire que n'importe quoi peut être une cible.  Ce qui veut dire qu'il n'y a pas beaucoup de "pourquoi", dans tout ça, plutôt "du n'importe quoi"… pas beaucoup de "motivations", de "raisons" ou de "raison", pas beaucoup de "cerveau", dans ces affaires…
Et là est le pire danger.
• Parole de terroriste irlandais ayant raté son attentat contre Thatcher : « Cette fois, vous avez eu de la chance, pas nous. Mais rappelez vous que nous il nous suffit d'avoir de la chance une fois… vous, il faut que vous en ayez beaucoup de fois. »


2 commentaires:

wens a dit…

Tout ça est vrai, je sens dans ta volonté de l'exprimer la frustration de n'entendre personne poser ces problèmes clairement dans les médias. Ça fait aussi le jeu des "bas du Front" cette manipulation consciente ou pas, cette façon de traiter les évènements comme un show puis quelques jours plus tard, ou mois, de retomber dans le commentaire de la ridicule vie politique française avec le retour du refoulé, les bidouillages crétins du petit François...en attendant le prochain choc.
Je ne sais pas si comme moi tu as la malchance de recevoir ce qui circule, via nos messageries, des vomissures de la propagande franchouillarde, ça donne une idée du malaise qui règne en ce moment. Il y a quelqu'un dans ma famille qui s'obstine à m'envoyer ces "faites circuler" nauséabonds, je jette ça directement d'habitude, mais j'ai eu la curiosité d'en lire quelques uns.
Ce sont de "braves gens" qui reprennent cette pensée à leur compte, j'allais dire "qui pensent ça" mais ils ne pensent pas, il sont juste d'accord avec cette "pensée".
Il y a quelques années, ils n'osaient pas exprimer clairement ces opinions, mais aujourd'hui une grande partie de la population semble pouvoir les recevoir sans crise d'urticaire. Pourquoi ?
Parce que les attentats donnent le sentiment que le FN a raison depuis 30 ans. L'histoire du serpent réchauffé dans son sein ( excellente chanson de Francis Blanche par ailleurs ! ).
Il ne s'agit plus du racisme de base que l'on combattait jadis, aujourd'hui plus personne ne considère ( presque plus personne ), qu'un africain est un sous-homme, ou n'a pas d'âme. On est confronté ( sans jeu de mot ? oh, un peu quand même ! ), à un racisme social et religieux. Parce que ce n'est pas facile de "vivre avec" des gens qui ne partagent pas tes us et coutumes et les musulmans posent un réel problème d'intégration. c'est supportable jusqu'à un certain point qui vient d'être largement franchi au nom de l'islam.
Combattre l'obscurantisme, donc la religion, ça va être long, donner l'impression de combattre le FN est plus simple, c'est ce que se bornent à faire les politiciens qui se servent de la menaçante vague bleue Marine pour espérer être élus et aller baiser les babouches du pape histoire bien insister sur les racines crétines de la Fronce.
Liberté égalité fraternité, ni dieux ni maîtres : voilà un programme pour un parti politique moderne.
Le LEFNDNM !



Philippe Caza a dit…

J'avais déjà lu ces réflexions sur ta page et j'approuve grandement, en particulier : "Ce sont de "braves gens" qui reprennent cette pensée à leur compte, j'allais dire "qui pensent ça" mais ils ne pensent pas, il sont juste d'accord avec cette "pensée"." Tu mets un doigt extrêmement pertinent sur cette différence entre penser quelque chose et adhérer à une pensée qui passe par là…
Et donc, à la fois travailler à vivre avec des gens qui ne partagent pas nos us et coutumes ET combattre l'obscurantisme, donc la religion… c'est compliqué ! Ça suppose des gros cerveaux comme les nôtres, au moins !
A coté de ça, vitupérer le FN, c'est à la portée de tout le monde !